2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 22:08

 

Atlantico  2 décembre 2013

Bug SFR sur les demandeurs d'emploi : le patron de Pôle emploi reconnaît implicitement sa responsabilité en virant sa directrice des Statistiques

Jean Bassères, le directeur général de Pôle emploi, aurait fait porter la responsabilité des dysfonctionnements du site à Hélène Paris, sa directrice des statistiques.

 

le fameux "bug à SFR", comme l'appelle pudiquement la Presse, continue de faire de grosses vagues à... Pôle Emploi. Dernière victime en date, selon nos informations, Hélène Paris, la responsables des Statistiques, des Études et de l’Évaluation, un des services les plus sensibles et les plus puissants de Pôle Emploi (PE), vient de se faire éjecter par Jean Bassères, le directeur général de PE. 

Comme Atlantico le révèle aujourd'hui, le limogeage a eu lieu dans la première quinzaine d'octobre et à l'intérieur de Pôle Emploi, et personne  n'a moufté tant le coup porté à la patronne des "stats" a été considéré comme violent et susceptible d'être suivis par d'autres.

Preuve s'il en est que le fameux bug du mois d'août a aussi concerné le service public de l'emploi, Jean Bassères n'a pas hésité une seconde à "couper la tête" d'Hélène Paris, sa petite protégée. Il faut savoir que Bassères venait tout juste de la recruter en lui déroulant le tapis rouge.

Petit retour en arrière. Nommé fin 2011 par Nicolas Sarkozy à la tête de Pôle Emploi, Jean Bassères, haut fonctionnaire classé à gauche (il a même dirigé durant quelques jours le cabinet de Laurent Fabius à Bercy avant de se faire remercier pour cause d'incompatibilité d'humeur)  fait venir autour de lui une poignée de fidèles de l'Inspection des Finances pour diriger la maison.

Conforté à son poste après l'élection de François Hollande, il décide alors de se séparer de son directeur des Statistiques afin de se mettre en capacité de "mieux répondre" aux exigences présidentielles en matière de baisse du chômage.

Il faut savoir, en effet, que cette direction ultra sensible comme on l'a déjà vu, a la haute main (avec la DARES, une direction du ministère du Travail) sur les chiffres du chômage. Et en matière de chiffres, Bernard Ernst, un Alsacien qui occupe le poste depuis de longues années, a la réputation, selon un de ses proches, d'être "particulièrement strict et rigoureux".  Et, ajoutent des mauvaises langues, "d'être un peu trop à droite aux yeux de Jean Bassères".

Résultat : Ernst se voit aiguillé vers  l'Inspection générale de Pôle Emploi, corps de contrôle également baptisé le "cimetière des éléphants", et il est remplacé par Hélène Paris, qui occupait le poste très exposé de directrice de cabinet du patron de l'Insee.

Réputée plus proche de la gauche, Hélène Paris est donc présentée en février dernier aux cadres de la Direction générale comme "la meilleure spécialiste ès statistiques de Paris". Sauf que rapidement, cette forte en calcul va, selon des indiscrétions internes, se voir dépasser par la complexité du système maison. Informatique, interface avec les agences, mode de prise en compte des données... tout est, paraît-il, ultra complexe à Pôle Emploi. Et privée de l'expérience de son prédécesseur, l'inspectrice générale de l'Insee a , semble-t-il, tôt fait de perdre son latin.

Comme le révèle le Le Parisien, une première panne géante paralyse l'informatique de Pôle Emploi le 14 mai 2013. Tout est fait pour étouffer l'affaire, rapporte le journal. Rebelote les 25, 26 et 27 août derniers avec une mise en rideau du site informatique au moment précis où s'inscrivent et s'actualisent les chômeurs. Le site est totalement inaccessible  et la direction générale se voit contrainte de poster un tweet "suite à un dysfonctionnement du site de Pôle Emploi.fr nous mettons tout en œuvre pour résoudre le problème". Mais bizarrement la presse passe à côté de ce nouveau loupé. Excepté le quotidien Sud Ouest, qui donne la parole à un syndicaliste confirmant que  "la panne peut avoir eu une incidence sur les radiations et les inscriptions".

Et quand Jean Bassères accusera (tout en prenant habilement une partie de la responsabilité) SFR d'être à l'origine du bug ayant entraîné la baisse de 50 000 chômeurs en août, aucune rédaction ne fera le lien avec le grave incident survenu quelques jours plus tôt à Pôle Emploi. En termes de communication, c'est plutôt bien joué. Sauf pour Hélène Paris, qui paye aujourd'hui seule les pots cassés... "C'est incontestable, confie un cadre de PE à Atlantico, Hélène Paris ne maîtrisait pas la machine. Pour sauver sa propre tête, Jean Bassères n'a pas hésité à trancher celle de sa directrice". 

De fait, courant octobre, Stéphane Ducatez, un ancien collaborateur de Bernard Ernst, se voit confier l’intérim de la Direction des Statistiques. Hélène Paris, elle, est rétrogradée au rang de "chargée de mission" en attendant de trouver une autre affection, y compris et surtout à l'extérieur de Pôle Emploi.

 

------------------------------------------------------

Le Nouvel Observateur   2 décembre 2013

Bug à SFR : un limogeage à Pôle emploi ?

 Selon le site Atlantico, la directrice des statistiques est limogée par le directeur de Pôle emploi. "Un tissu de mensonges", répond l'intéressée.

Le bug SFR aurait fait une énième victime, croit savoir Atlantico lundi 2 décembre. Celle-ci n'était pas demandeuse d'emploi, ne figurait pas sur la liste des chômeurs ne s'étant pas actualisé début août, et n'était donc pas censée recevoir dix jours plus tard le SMS de relance de l'opérateur téléphonique sous-traitant de Pôle emploi. Cette victime serait Hélène Paris. Selon le site, la responsable des statistiques de Pôle emploi aurait été "limogée" début octobre, une décision de la direction de Pôle emploi qui serait directement liée à l'erreur informatique ayant provoqué une différence de 50.000 dans le nombre de demandeurs d'emploi en août.  

"Un tissu de mensonges"

C'est son directeur général, Jean Bassères, qui l'avait recruté en février dernier, en remplacement de Bernard Ernst. Elle quittera bien son poste à la fin de l'année, confirme la direction de Pôle emploi. Un licenciement pour l'exemple ? Une preuve que Pôle emploi est au moins en partie responsable de l'erreur du mois d'août ? Une conséquence des mauvais choix de la direction, qui "aurait essayé de se mettre en capacité de 'mieux répondre' aux exigences présidentielles en matière de baisse du chômage, comme le prétend Atlantico ?

"Cet article est un tissu de mensonges", affirme lundi Hélène Paris au "Nouvel Observateur". "Mon départ est volontaire, pour des raisons privées, j'ai demandé de quitter Pôle emploi avant le mois d'août", dit-elle. "Nous avions déjà eu des échanges, à l'oral, parce qu'en général, ce genre de discussions se fait plutôt discrètement au début. Le premier bug évoqué en mai dans l'article est une panne du site Pole-emploi.fr pendant une journée, qui n'a rien à voir avec le service des statistiques", ajoute-t-elle, précisant qu'elle a bien envoyé un mail interne à ses collaborateurs pour leur signifier son départ en octobre.

Une erreur de SFR

C'est également cette version que donne la direction de Pôle emploi, qui rappelle que le bug du mois d'août était d'origine informatique, et donc totalement étranger au service de statistiques dans lequel travaille encore pour deux semaines Hélène Paris.

Comme l'a déjà expliqué Pôle emploi, SFR était en train de changer de plateforme, et n'a pas pu vérifier que ses SMS avaient bien été envoyés aux abonnés Orange. "Nos services SMS sont un plus, mais les demandeurs d'emplois peuvent parfaitement s'actualiser sans recevoir de message, ils connaissent parfaitement les dates", ajoute la direction de Pôle emploi, bien décidée à rappeler qu'elle n'est pas responsable du fameux "bug de SFR. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore Boréale
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 08/12/2013 23:31

L'équation est simple ...
1. Pôle Emploi DOIT se réformer, de préférence en douceur mais, si nécessaire, avec la manière forte.
2. Quel est le meilleur homme (ou femme!) pour faire le job?
3. Jean Bassères ou quelqu'un d'autre, évidemment ...
4. D'où une action de contre-feu par le biais de Liaisons Sociales ... Quoi de mieux qu'un article complaisant avec une image "de gauche", ancien collaborateur de Sapin?
5. Jean Marie Marx, bien plus à gauche que Bassères, est potentiellement pressenti pour succéder à Bassères ...

karl marx 08/12/2013 20:41

Réponse à Pifrouille:
on parle de Jean Marie Marx pour remplacer Bassères.

Jacques Heurtault 06/12/2013 00:02

@ Danny Wilde
C'est quoi, la "gauche"? Un "truc" qui, électoralement, pèse environ 15% des voix ... Ce n'est pas avec un score aussi ridicule qu'on peut espérer gouverner un pays!
Ah, oui! J'oubliais : il y a les "luttes"! Les "manifs" à quelques centaines voire, quelquefois, quelques milliers qui finissent par casser le matériel payé avec NOS impôts ... Non, merci!

danny wilde 05/12/2013 12:07

A pifrouille, si , il y a aussi les liaisons sociales qui presente, sans rire, le D.G comme homme de gauche...!!!
Quelle rigolade! un mec en trai de sciemment installer le Lean Management dans sa boutique peut-il être considéré comme un homme de gauche !?!
C'est vrai qu'on a un gouvernement et un president qui se disent de gauche...
Et bien, pour moi, la gauche, c'est pas ça... Mais, c'est juste mon avis...!!!

chico 05/12/2013 12:05

Bonjour à toute et à tous ,j'espère que vous avez pu lire l'article de Liaison sociales sur notre "Bon Maitre"
il est carrément odieux il méprise tous les OS qui lui sont hostiles lesquelles il brocarde de faire du POlE EMPLOI Basching seul la Cfdt et la CGC sont fréquentables d'après lui et que dire de son
plan 2015 qui a déjà du plomb dans l'aile bien entendu en privilégiant Capegemini avec sa methode Lean il adopte les méthodes de Toyota à PE à quand une chaine de fabrication PE
nous devrion lui demander de nous communiquer le cout exact de la prèsence de Capgemini ainsi que tous les couts dut aux diffèrents groupes de travail sur le sujet ,et que dire des économies qui
pourraient etre réalisées ne serait-ce qu'en supprimant des co,trats encore en cours et qui sont déjà obsolettes ,sans compter les mètres carrés payés des millions d'euros par ans et qui ne sont
nullement utilisés ,je dénonce ici une politique immobilière de PE qui n'a aucune transparence ,essayez de poser la question dans vos régions respectives sur ce sujet et vous verrez que j'avais
raison , que le DG choisissent ses interlocuteurs Syndicaux personne n'est dupe ce n'est pas la première fois ,et n'oublions pas que c'est plutôt malin au vu de ce qui se passe au Conseil
d'Administration UNEDIC la CFDT etant souvent soit Président ou au mimimun Vice Prèsident d'un coté à pole emploi il carresse la Cfdt Maison pour mieux passer devant la CFDT Confederale c'est du
partit prit ,mais il a été a bonne école ENA qui vous conditionne dans l'approche des pouvoirs et les OS au sein de l'Unedic ont un pouvoir évident

Aurore-Boreale@orange.fr

  • : pull.over-blog.fr
  • pull.over-blog.fr
  • : Je suis une jeune salariée de Pôle emploi. aurore-boreale@orange.fr
  • Contact

Doc en ligne

 

convention tripartite

La convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle emploi

 

Cour-des-comptes.jpg

Rapport sur la sous-traitance    

 

 

 

 

Iborra.jpg

Le rapport Iborra sur le SPE (texte intégral)

 

PE-copie-2

 LE BUDGET 2013 DE POLE EMPLOI

 

 

 

 

 

  UNEDIC.jpg

Utile et pratique 

 

CHARPY.jpg

 

    texte intégral (gratuit)

 

 

Ce livre est dédié aux agents de Pôle emploi et à ceux qu’ils accompagnent chaque jour.

  (Christian Charpy)

 

 

CCN.jpg

La Convention Collective Nationale

 

 

INA.jpg

Histoire de l'Assurance Chômage (VIDEO INA)


Recherche