1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 23:52

 

sans-titre.png

 

Boursier.com  29 novembre 2013

Alors que le gouvernement se félicite de la baisse du chômage pour le mois d'octobre, sans pour autant "crier victoire trop tôt", la classe politique - droite et gauche confondues - dénonce une manipulation des chiffres...

Baisse en trompe l'oeil ?

Pour Jean-Luc Mélenchon "c'est une bidouille de plus (...) le chômage recule dans la catégorie A (-0,6%, ndlr) et augmente dans la catégorie B et C (chômeurs ayant réalisé une activité courte au cours du dernier mois, ndlr). Au total c'est 40.000 chômeurs de plus !", a fait valoir l'ex-candidat Front de gauche à la présidentielle sur France 2. "Je ne crois pas que l'on soit, loin de là, dans l'inversion de la courbe du chômage", a renchéri le chef du Parti communiste, Pierre Laurent sur I-Télé. Même son de cloche du côté de la CGT qui déplore une dégradation "nette et continue de la qualité de l'emploi".

A droite, l'UMP met en avant le même argument : la baisse du chômage en catégorie A "n'occulte pas la forte progression des demandeurs d'emploi (+ 39 600) en catégories A,B,C, malgré un recours massif aux contrats aidés, ce qui témoigne d'une précarisation accrue du marché du travail", déplore le parti de l'opposition, réclamant une fois encore une baisse des charges pour inverser durablement la tendance.

Données encourageantes pour le gouvernement

D'après les données communiquées jeudi soir, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégories A, B, C s'établit à 4.883.000 en France métropolitaine (5.182.500 en France y compris Dom). Un chiffre effectivement en hausse de 0,8% (+39.600) au mois d'octobre. Sur un an, il augmente de 6,8%. Mais le gouvernement n'analyse pas les chiffres de la même manière que ses détracteurs. "Cette augmentation du nombre d'inscrits qui travaillent est aussi un signe de reprise d'activité, d'intérim et de CDD : l'enjeu des prochains mois sera de transformer ces activités réduites en emplois plus durables", estime-t-il...

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore Boréale
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 07/12/2013 18:12

L'origine du "problème" est bien plus grave! Non seulement les "mesures pour l'emploi" (contrats "aidés") viennent diminuer artificiellement le nombre d'inscrits en catégorie A,B et C mais,
surtout, un nombre croissant d'entreprises dans les secteurs tels le bâtiment et la restauration mettent tout aussi artificiellement des salariés en situation d'activité réduite ...
Cette pratique présente de multiples avantages :
1. Le salarié perçoit des indemnités de chômage "partielles". C'est toujours ça de pris!
2. Toutefois, cela ne remet pas en cause ses droits sociaux
3. Il perçoit, de la part de son employeur, du salaire "au noir" qui est net de charges sociales et net d'impôt. Pour le client, c'est du "net de TVA". Tout le monde y gagne ... sauf l'Etat et les
organismes sociaux! Il suffit juste d'être assez "astucieux" pour ne pas trop exagérer ... afin que cela ne se voit pas trop!

willemijns 02/12/2013 07:28

certains parlent d'effet "vendanges"

Aurore-Boreale@orange.fr

  • : pull.over-blog.fr
  • pull.over-blog.fr
  • : Je suis une jeune salariée de Pôle emploi. aurore-boreale@orange.fr
  • Contact

Doc en ligne

 

convention tripartite

La convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle emploi

 

Cour-des-comptes.jpg

Rapport sur la sous-traitance    

 

 

 

 

Iborra.jpg

Le rapport Iborra sur le SPE (texte intégral)

 

PE-copie-2

 LE BUDGET 2013 DE POLE EMPLOI

 

 

 

 

 

  UNEDIC.jpg

Utile et pratique 

 

CHARPY.jpg

 

    texte intégral (gratuit)

 

 

Ce livre est dédié aux agents de Pôle emploi et à ceux qu’ils accompagnent chaque jour.

  (Christian Charpy)

 

 

CCN.jpg

La Convention Collective Nationale

 

 

INA.jpg

Histoire de l'Assurance Chômage (VIDEO INA)


Recherche