23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 22:49

 

AFP  23 juin 2014

Le plan de Rebsamen pour l'emploi des seniors, son "nouveau combat"

Le ministre du Travail en "espère" des effets "rapidement", notamment une "stabilisation" du chômage des seniors "d'ici 6 mois", a-t-il déclaré.

François Rebsamen, le 3 avril 2014 à Paris. (FRED DUFOUR/AFP)François Rebsamen, le 3 avril 2014 à Paris. (FRED DUFOUR/AFP)

Doubler les aides du contrat de génération, renforcer le suivi des plus de 50 ans par Pôle emploi, développer l'alternance : François Rebsamen a dévoilé lundi les grandes lignes d'un plan pour l'emploi des seniors, son "nouveau combat".

Le ministre du Travail en "espère" des effets "rapidement", notamment une "stabilisation" du chômage des seniors "d'ici 6 mois", a-t-il déclaré à l'AFP, précisant que les mesures seraient financées par "un redéploiement et une meilleure utilisation des enveloppes existantes".

Jouer sur l'incitation financière

Alors que l'exécutif a jusqu'ici concentré ses efforts sur la lutte contre le chômage des jeunes (-3,8% sur un an), priorité affichée de François Hollande, ce sont aujourd'hui les plus de 50 ans qui paient le plus lourd tribut. Ils étaient plus de 774.000 à pointer à Pôle emploi fin avril, soit une explosion de +11,6% en un an.

Pour leur remettre le pied à l'étrier, le ministre du Travail compte notamment jouer sur l'incitation financière, en étendant la prime du contrat de génération à l'embauche d'un senior, tout en la doublant pour ce public.

Aujourd'hui, les entreprises de moins de 300 salariés touchent 2.000 euros pour le maintien en activité d'un senior (plus de 57 ans), à la condition de recruter en CDI un jeune (moins de 26 ans), pour lequel ils reçoivent 2.000 euros supplémentaires. Avec la nouvelle formule proposée aux partenaires sociaux, l'employeur pourrait donc bénéficier de 6.000 euros d'aides (4.000 pour une embauche de senior et 2.000 pour le maintien ou l'embauche d'un jeune).

Idée phare de François Hollande, ce dispositif est boudé par les entreprises : seules 29.000 aides à l'embauche d'un jeune en CDI (tout en maintenant un senior en activité) ont été demandées depuis son lancement en mars 2013, bien loin de l'objectif de 75.000 en un an.

"Redoubler d'efforts pour les plus âgés"

Jugeant nécessaire de "redoubler d'efforts pour les plus âgés comme pour les chômeurs de longue durée", François Rebsament entend aussi faire bénéficier 80.000 chômeurs de longue durée supplémentaires d'un accompagnement renforcé par Pôle emploi d'ici à la fin de l'année.

Ils rejoindront les 250.000 chômeurs "éloignés du marché de l'emploi" qui se voient déjà proposer "un suivi personnalisé" et un "accès facilité aux prestations". "Cela se fera par un redéploiement des agents de Pôle emploi, on en a beaucoup parlé avec eux, ils peuvent le faire, ils vont le faire", a assuré le ministre à l'AFP.

Autre piste, esquissée par François Hollande fin avril et confirmée lundi : développer l'alternance, en adaptant le contrat de professionnalisation, très peu utilisé par les seniors (2,6% des entrées concernaient des plus de 45 ans en 2012).

"Il ne s'agit pas de créer un nouveau contrat spécifique" mais "d'adapter le contrat de professionnalisation existant aux caractéristiques des demandeurs d'emploi seniors, en améliorant la rémunération et en définissant des formations adaptées", a expliqué le ministre.

"Mobiliser 1.500 entreprises" 

Il a aussi insisté sur la nécessité de "centrer" les contrats aidés du secteur marchand sur les seniors et les chômeurs de très longue durée (plus de 3 ans). "L'idée est de doubler le pourcentage réservé aux seniors", aujourd'hui d'environ 25%.

Autre objectif affiché: "renforcer" la part des seniors dans le plan de 100.000 formations prioritaires destiné à orienter les chômeurs vers des secteurs qui recherchent de la main d'oeuvre.

Parmi la batterie de mesures proposées figure également l'immersion de chômeurs en entreprise, notamment par un partenariat avec Pôle emploi qui permettra de "mobiliser 1.500 entreprises" afin de réaliser 5.000 immersions en année pleine.

Présenté lundi au partenaires sociaux, le plan seniors fera l'objet de "vraies négociations" lors de la conférence sociale des 7 et 8 juillet, à l'issue de laquelle il sera "définitivement arrêté", selon M. Rebsamen.

Depuis l'élection de François Hollande, environ 440.000 nouveaux demandeurs d'emploi sans activité ont été enregistrés, dont quelque 40% ont plus de 50 ans. Fin avril, leur nombre total avait atteint un nouveau sommet de 3.364.100 en métropole.

Les chiffres de mai seront publiés jeudi. François Hollande a estimé début mai qu'il n'aurait pas la crédibilité nécessaire pour briguer un second mandat si le chômage ne baissait pas d'ici à 2017.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore Boréale
commenter cet article

commentaires

ArMenBreizh 01/07/2014 08:42

Il est effectivement temps de reconsidérer la place des seniors dans l'emploi. Si c'est une évidence pour certains employeurs, ils sont encore trop peu nombreux pour que la tendance "variable
d'ajustement des effectifs" se modifie.

Et les actions prochaines proposées par le gouvernement ne vont pas non plus dans un sens positif en ce qui concerne l'emploi des seniors. Car dans ce plan proposé rien n'est identifié qui pourrait
placer un aménagement des conditions de travail comme une action prioritaire (comme le fait remarquer JPN). Ni, non plus, des actions visant à faire cesser la discrimination dans l'emploi et les
préjugés dont les salariés âgés sont victimes. Ce qui est proposé pour le moment c'est principalement le recours à des contrats aidés ...
Car vouloir favoriser l'emploi des seniors à ce jour en ne faisant rien pour que les seniors en poste gardent dans de bonnes conditions de travail leur emploi, c'est comme vouloir remplir une
baignoire trouée. Ca n'a aucun sens.

Comment dans ces conditions s'étonner que les ruptures conventionnelles concernant les seniors aient explosées ces dernières années ? Alors même que les signataires peuvent vérifier chaque mois que
leur retour à l'emploi risque d'être des plus difficiles ... dans le meilleur des cas !

Une bonne part des seniors souhaiterait continuer à travailler. Que ce soit pour compléter leurs trimestres cotisés pour profiter d'une retraite bien méritée pour la plupart, tout en faisant
profiter un employeur de leur expérience et souvent de leur opérationnalité rapide, ou/et pour continuer une activité dans laquelle ils trouvent une utilité certaine et un intérêt.

Il y a encore du travail pour inverser cette situation catastrophique et les actions proposées ou déjà mises en place sont loin de le permettre. Et ce malgré des politiques engagées depuis
plusieurs décennies par des pays d'Europe du nord, et qui ont fait leurs preuves de manière très satisfaisante, pour l'Etat, les employeurs, et les salariés. Il n'est qu'à s'en inspirer.

blog : "donne-t-on les moyens aux seniors qui le souhaitent de pouvoir travailler plus longtemps ?"

lien : http://adsapientia44.blogspot.fr/

Fripouille 29/06/2014 21:17

rebsamen veut faire embaucher des seniors et ds le meme temps la nouvelle convention retablit les cotisations pour les plus de 65 ans
histoire d'avoir encore moins envie de les embaucher par les employeurs

Jacques Heurtault 29/06/2014 11:55

Il y a un moyen plus simple de régler le problème des intermittents et autres précaires : interdire purement et simplement les embauches en contrat à durée déterminée afin que seul les CDI à temps
plein soient juridiquement possibles.
Pour ne pas bloquer l'économie (car elle a BESOIN d'une certaine souplesse pour pouvoir fonctionner), il faut faciliter la mise en place d'entreprises intermédiaires de mise à disposition de main
d'oeuvre à l'instar de ce qui se fait déjà depuis au moins 15 ans voire 20 ans pour les personnels de services à la personne. En tant que particulier, je fais appel depuis plus de 13 ans à une
telle entreprise pour effectuer le ménage à mon domicile. Il est extrêmement facile d'en étendre le périmètre et d'en faciliter l'usage. Le salarié est embauché à temps plein en CDI et il est mis à
disposition de plusieurs clients utilisateurs, lesquels ne sont donc pas juridiquement "employeurs".

Baygonvert 25/06/2014 20:24

Heureusement que Rebsamen ne s'appelle pas Robespierre, sinon le technocrate qui a "inventé" la nouvelle convention 2014 aurait déjà la tête au bout d'une pique. Simplification ? Cette bonne
blague!

Lily 24/06/2014 19:23

Yes we can !!!!

Aurore-Boreale@orange.fr

  • : pull.over-blog.fr
  • pull.over-blog.fr
  • : Je suis une jeune salariée de Pôle emploi. aurore-boreale@orange.fr
  • Contact

Doc en ligne

 

convention tripartite

La convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle emploi

 

Cour-des-comptes.jpg

Rapport sur la sous-traitance    

 

 

 

 

Iborra.jpg

Le rapport Iborra sur le SPE (texte intégral)

 

PE-copie-2

 LE BUDGET 2013 DE POLE EMPLOI

 

 

 

 

 

  UNEDIC.jpg

Utile et pratique 

 

CHARPY.jpg

 

    texte intégral (gratuit)

 

 

Ce livre est dédié aux agents de Pôle emploi et à ceux qu’ils accompagnent chaque jour.

  (Christian Charpy)

 

 

CCN.jpg

La Convention Collective Nationale

 

 

INA.jpg

Histoire de l'Assurance Chômage (VIDEO INA)


Recherche