8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 18:11

Cour-des-comptes

AFP  8 juillet 2014

La Cour des comptes demande à Pôle Emploi de revoir sa sous-traitance

Le recours au secteur privé s'est réduit depuis 2011, mais les appels d'offres lancés par Pôle Emploi ne sont toujours pas satisfaisants, estime la Cour.

Pôle emploi sous-traite dans de mauvaises conditions une partie de l’accompagnement des chômeurs vers des prestataires privés, souligne mardi la Cour des Comptes, en invitant l’opérateur à «corriger» et «clarifier» le recours au secteur privé, nettement réduit depuis 2011. Le système d’appel d’offres introduit en 2009 et revu en 2012 a induit «des prix trop bas» et «une qualité de prestation parfois insuffisante», relève la Cour dans un rapport transmis mardi.

La «gestion principalement administrative» des marchés «n’a pas permis d’engager des expérimentations novatrices» et la «faiblesse et l’irrégularité des flux de demandeurs d’emploi» orientés vers les prestataires privés «ont contribué à mettre en péril [...] certaines prestations, et parfois l’existence même des opérateurs», observe-t-elle. Dans ces conditions, les études menées sur la période 2009-2011 ont conclu que «l’opérateur public obtenait en général des performances meilleures que celles des opérateurs privés», constate sans surprise la Cour.

Elle souligne au passage «un défaut fréquent d’adhésion des conseillers» de Pôle emploi qui rechignent à sous-traiter le suivi des chômeurs. La première expérimentation en 2005 avait été «souvent ressentie comme une mise en cause de leur professionnalisme», rappelle la Cour.

Pour autant, elle estime que le recours au secteur privé «constitue une marge de manœuvre à conserver». Et avance pour cela deux raisons : «Pôle emploi ne dispose pas en interne de toutes les compétences nécessaires à l’accompagnement», comme par exemple pour la reprise ou la création d’entreprises, et l’opérateur public doit «disposer d’un levier externe» pour «faire face à l’évolution conjoncturelle du chômage».

Les conditions du maintien d’un suivi externalisé des chômeurs doivent toutefois être revues en profondeur, selon la Cour, qui prône «une indication claire des cas de recours à la sous-traitance». Sur ce point, elle constate que Pôle emploi a récemment décidé de «réorienter le recours à la sous-traitance». A partir de 2015, les chômeurs les plus éloignés de l’emploi, qui selon la Cour constituent actuellement les publics les plus nombreux confiés aux opérateurs privés, bénéficieront «d’un accompagnement renforcé dans le cadre interne de Pôle emploi». Ne seront envoyés vers les prestataires privés que «les demandeurs d’emploi les plus autonomes, disposant d’un projet professionnel validé».

Cette «redéfinition des prestations et des publics» doit être intégrée «dans la stratégie d’ensemble de Pôle emploi» et aller «de pair avec une amélioration significative du pilotage et du contrôle qualité», demande la Cour. Pour «corriger les dysfonctionnements importants qui sont constatés dans la mise en œuvre des marchés», elle recommande aussi à Pôle emploi de réviser ses modalités de sélection des opérateurs en prenant «davantage en compte l’offre technique dans les critères» et «rejet(ant), sur des critères objectifs, les offres tarifaires anormalement basses». La Cour demande également une «évaluation systématique» des prestations.

Le nombre de prestations d’accompagnement d’au moins trois mois déléguées par Pôle emploi au privé a fortement décru ces dernières années, passant de 522 000 en 2010 à 239 000 en 2013 (-54%)

LE RAPPORT (TEXTE INTEGRAL) 163 pages 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore Boréale
commenter cet article

commentaires

Jean-Pierre NGUYEN 13/07/2014 16:50

Pour Oui-Oui,

Une information sur les charges d'intervention de Pôle-Emploi en 2013, elles s'élèvent à plus de 836 millions d'euros dont 298 millions de prestations externalisées et 428 millions d'euros pour les
aides au développement de compétences.

La contribution "privée" de l'UNEDIC au fonctionnement du bastringue public appelé P.E. s'est élevé à plus de 3,138 milliards d'euros, soit une progression de plus de 100 millions d'euros par
rapport à 2012.

La contribution de l'Etat n'a progressé que de 50 millions d'euros pour atteindre en 2013 : 1,469 milliard.

L'Etat chercherait-il à se désengager de la lutte contre le chômage ?

Les chiffres du Bilan semble clairement le montrer !

Bonne chance Oui-Oui et à toutes et tous (collègues).

Jean-Pierre NGUYEN

PS : Demandez à vos syndicats respectifs de consulter le Bilan Financier et le Bilan Social de 2013, vous percevrez plus facilement votre avenir professionnel.

pas glop 09/07/2014 08:47

je voulais dire accompagnement de fond bien sûr, et pas de fonds, aucune envie de concurrencer la Brink's!!!

pas glop 09/07/2014 08:46

"Pôle emploi ne dispose pas en interne de toutes les compétences nécessaires à l’accompagnement"

"...les chômeurs les plus éloignés de l’emploi, qui selon la Cour constituent actuellement les publics les plus nombreux confiés aux opérateurs privés, bénéficieront «d’un accompagnement renforcé
dans le cadre interne de Pôle emploi".

Je trouve ces 2 phrases parfaitement en contradiction, non?

Si Pôle Emploi n'a ni les compétences ni le temps de faire de l'accompagnement de fonds, pourquoi garder en portefeuille les chômeurs qui ont besoin du maximum d'attention et de compétences?

MDR 08/07/2014 23:04

Alors la raticide aussi "vener" que tu sois faut pas dire forcement n'importe quoi. Je suis aussi rentré à l'ANPE qui ne faisait pas forcement du bon boulot à l'époque et dèjà quand je suis entré
(en 2000 avant le PARE) je les entendais se plaindre (on peut pas faire notre travail , on peut pas aller en entreprise....) mais curieusement quand on demandais de faire ce boulot la c'était des
cris et des pleurs (c'est pas mon travail....) alors stop c'est bon la .Perso je suis toujours statut 2003 donc je sais de quoi je parle et je trouve que faire mes frais de dep c'est plus simple et
mieux payé qu'à l'ANPE, pouvoir faire des aides financières RSA ben oui c'est confortable et c'est mon travail de référent de parcours RSA, pouvoir aller en entreprise c'est toujours pareil depuis
....ce n'est pas de pouvoir qui compte c'est de vouloir et de savoir quoi y faire .Se plaindre c'est bien mais agir c'est mieux et surtout quand à force de vous plaindre ils vous auront viré et
bien la tu pourras vraiment pleurer ...et prends en compte que nous sommes en situation de chômage de masse et que taper sur le thermomètre ne fais pas tomber le fièvre et qui si tu veux faire
formateur ....vas dans le privé pour sous-traiter des prestations.

raticide 08/07/2014 22:16

pardon pour les fautes d'orthographe!!!!
je me suis emballé à écrire, tout "venère" que je suis.

Aurore-Boreale@orange.fr

  • : pull.over-blog.fr
  • pull.over-blog.fr
  • : Je suis une jeune salariée de Pôle emploi. aurore-boreale@orange.fr
  • Contact

Doc en ligne

 

convention tripartite

La convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle emploi

 

Cour-des-comptes.jpg

Rapport sur la sous-traitance    

 

 

 

 

Iborra.jpg

Le rapport Iborra sur le SPE (texte intégral)

 

PE-copie-2

 LE BUDGET 2013 DE POLE EMPLOI

 

 

 

 

 

  UNEDIC.jpg

Utile et pratique 

 

CHARPY.jpg

 

    texte intégral (gratuit)

 

 

Ce livre est dédié aux agents de Pôle emploi et à ceux qu’ils accompagnent chaque jour.

  (Christian Charpy)

 

 

CCN.jpg

La Convention Collective Nationale

 

 

INA.jpg

Histoire de l'Assurance Chômage (VIDEO INA)


Recherche