28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 07:49

 

AFP  28 ma2014

L'exécutif face aux chiffres du chômage, après la déroute des européennes

Trois jours après la déroute de la majorité aux européennes, que le ministre du Travail François Rebsamen attribue notamment au "ras-le-bol" des chômeurs, l'exécutif va affronter un exercice délicat mercredi à 18H00: la publication du nombre d'inscrits à Pôle emploi fin avril.

 

"Beaucoup de chômeurs ont émis un vote de ras-le-bol, de protestation", a estimé lundi M. Rebsamen, en marge de la visite d'une agence Pôle emploi à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Pour y répondre, "il faut aller plus vite, plus fort, il n'y a pas d'autre priorité que l'emploi."

Fin mars, malgré une quasi stabilisation, le nombre de chômeurs sans activité avait atteint un nouveau record: 3.349.300 en métropole. Pôle emploi avait alors enregistré 1.600 nouveaux inscrits dans la catégorie A (sans aucune activité) et 11.700 en incluant ceux qui exerçaient une petite activité.

Et selon l'Unédic, il ne faut pas attendre de baisse dans l'immédiat. Dans ses prévisions publiées la semaine dernière, l'organisme qui gère l'assurance chômage table sur une poursuite de la hausse, mais à un rythme ralenti, avec 103.200 demandeurs d'emploi sans activité supplémentaires en 2014 et 60.000 en 2015.

François Rebsamen affiche malgré tout son optimiste: "On va y arriver, j'en suis sûr, je suis confiant même si ça ne se fait pas du jour au lendemain avec une baguette magique."

Si la situation s'est améliorée fin mars pour les moins de 25 ans (-0,8% en un mois, -2,6% en un an), elle a continué de s'aggraver pour les plus de 50 ans: +1% en un mois, +11,8% en un an.

Le gouvernement, qui a jusqu'à présent mis l'accent sur le chômage des jeunes, doit présenter d'ici la mi-juin un plan pour l'emploi des seniors. "L'alternance sera comprise dedans mais il y aura aussi des mesures que Pôle emploi devra mettre en oeuvre

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore Boréale
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 01/06/2014 09:03

Tu as parfaitement raison, Fripouille! Mélenchon = Le Pen (ou presque puisque "seulement" 80% de leurs programmes respectifs se recoupent).
Il faut, cependant, se poser quelques questions :
1. Pourquoi Mélenchon n'a pas progressé alors que Le Pen a fait un bond plus qu'important (habituellement 17% aux élections, en général, et, cette fois-ci, 25%)?
2. Pourquoi le mécanisme "traditionnel" de balancier (un coup, ça penche à gauche, la fois suivante, ça penche à droite mais, globalement, ça reste dans des limites "acceptables") n'a-t-il pas
fonctionné cette fois-ci?

La réponse globale est simple : il n'y avait pas d'enjeux de pouvoir. Marine Le Pen n'ambitionnait pas du tout de devenir Présidente de la Commission Européenne! Tout le monde en était parfaitement
convaincu.
Quelle aubaine! Les électeurs et les électrices se sont donc servis de leur bulletin de vote pour adresser un avertissement sans frais à l'équipe dirigeante ...
C'est ce que j'ai fait!
Maintenant, si cette équipe dirigeante n'obtient pas de RESULTATS, la prochaine fois, Le Pen pourrait faire 30% ...
Le pire, c'est que, au vu des premières "analyses" qui fleurissent dans les médias, cette "gauche" ne semble pas du tout disposée à se remettre en question et à rectifier le tir!
TRAGIQUE ...

Fripouille 01/06/2014 07:46

je ne comprends pas que l'extreme gauche avec ses 100 millions de morts et l'extreme droite avec ses 90 millions aient encore le droit d'exister dans des nations qui se disent democratiques

non mais francxhement melanchon ou lepen,faut etre desespere ou con pour voir dans ces gens une solution a quoi que ce soit...

Jacques Heurtault 31/05/2014 09:59

La citoyenneté et son exercice, ça consiste à pouvoir (et, par conséquent, à permettre et à favoriser) exprimer des idées. Il n'y a guère plus de 100 personnes en France qui caresse l'espoir de
devenir Président de la République. Les 46 millions d'autres ont, à des degrés divers, la simple envie de proposer des idées, de défendre les idées émises par d'autres ou, plus simplement, de
porter, in petto, par leur vote, une appréciation, positive ou négative, sur des idées émises émanant de divers horizons.
La plupart des idées aujourd'hui admises comme incontournables ont été, en leur temps, sévèrement combattues. Ce fut le cas de l'impôt sur le revenu notamment, au début du siècle dernier. Ce fut
aussi le cas de la CSG qui fut, elle aussi, combattue dans les années 1980/1990 ... Et avant elle, la TVA, outil fiscal dont le concepteur est un Français, qui est, aujourd'hui, un impôt
MONDIALEMENT appliqué ...
Je pourrais être méchant ... mais je n'en ai pas envie!

baloo 31/05/2014 08:43

Vive le président Jacques Heurtaut.
Avec un programme comme celui-là tu ne vis que 2 jours comme président.
D'un autre côté cela fera que tu ne sois plus un troll sur ce blog.

Jacques Heurtault 30/05/2014 15:38

L'impôt sur le patrimoine n'existe pas en France! Ce qui existe, c'est un Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) dont la philosophie est RADICALEMENT contraire à MA proposition. La démarche
actuelle est délibérément punitive. Seuls sont concernés certains biens (assiette très réduite). Les taux sont prohibitifs (jusqu'à 2,25%!). Il existe de multiples possibilités d'y échapper, en
particulier en finançant toutes sortes de trucs et de machins jusqu'à 75% du montant de l'impôt dû.
Je préconise, pour ma part, une logique radicalement différente ...
1. Toutes les "personnes" (physiques ou "morales") sont assujetties. Par conséquent, les sociétés sont concernées.
2. Tous les "biens" entrent dans le calcul de l'impôt. TOUS!
3. C'est le propriétaire de ces biens (ou l'usufruitier) qui paie l'impôt.
4. Il n'y a aucune dérogation, aucun allègement, aucune remise de quelque nature que ce soit pour quelque raison que ce soit.
5. Le taux est unique : 0,1% de la valeur du patrimoine.
6. L'Etat disposerait du pouvoir de racheter tout bien pour 110% de sa valeur déclarée par son propriétaire. Il doit, logiquement, s'en suivre que le propriétaire a intérêt à surévaluer la valeur
de son bien (et donc payer PLUS d'impôt!) pour éviter de perdre beaucoup en prenant le risque d'une sous-évaluation.

C'est plus clair, Manu, maintenant?
Dernière précision : le rendement attendu, en vitesse de croisière, pourrait être de plusieurs CENTAINES de milliards d'euros par an ... L'ensemble des besoins de financement de notre système
nécessite un prélèvement global actuel de l'ordre de 900 milliards par an (le budget de l'Etat est de l'ordre de 350 milliards par an).

Aurore-Boreale@orange.fr

  • : pull.over-blog.fr
  • pull.over-blog.fr
  • : Je suis une jeune salariée de Pôle emploi. aurore-boreale@orange.fr
  • Contact

Doc en ligne

 

convention tripartite

La convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle emploi

 

Cour-des-comptes.jpg

Rapport sur la sous-traitance    

 

 

 

 

Iborra.jpg

Le rapport Iborra sur le SPE (texte intégral)

 

PE-copie-2

 LE BUDGET 2013 DE POLE EMPLOI

 

 

 

 

 

  UNEDIC.jpg

Utile et pratique 

 

CHARPY.jpg

 

    texte intégral (gratuit)

 

 

Ce livre est dédié aux agents de Pôle emploi et à ceux qu’ils accompagnent chaque jour.

  (Christian Charpy)

 

 

CCN.jpg

La Convention Collective Nationale

 

 

INA.jpg

Histoire de l'Assurance Chômage (VIDEO INA)


Recherche