18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 22:54

Espagne.jpg

Acteurs Publics  23 septembre 2014

L’Espagne fait appel à des agences privées pour réinsérer les chômeurs

Le gouvernement de Madrid vient d’agréer 80 agences privées qui participeront à la réinsertion des chômeurs aux côtés des agences publiques. Une décision qui intervient après la mise en cause de l’efficacité du service public de l’emploi. Les syndicats dénoncent une privatisation masquée.

Depuis début septembre, des agences privées espagnoles participent à la réinsertion des chômeurs sur le marché du travail en collaboration avec les agences publiques pour l’emploi. Après quatre ans de conflits avec les administrations et les syndicats, le gouvernement de Mariano Rajoy a enfin pu agréer 80 agences privées en juin dernier sur 200 agences candidates.

La mission de ces agences privées est d’opérer en sous-traitance des services de placement des chômeurs inscrits. Un accord-cadre a été établi par le ministère du Travail, qui prévoit un financement de 200 millions d’euros sur deux ans, renouvelable sur deux autres années.

L’objectif pour le gouvernement est d’accélérer le retour sur le marché du travail d’une partie des chômeurs alors que 25 % de la population active espagnole n’a pas d’emploi. L’efficacité du service public de l’emploi est remise en question car les 3 000 conseillers pour l’emploi n’interviennent que dans 2 % des cas où le chômeur retrouve du travail alors que, selon les études, les agences privées sont parties prenantes dans près de 14 % des cas.

Scepticisme des syndicats

La gestion de cette coopération va se dérouler au niveau des 17 régions, communautés autonomes qui ont la compétence en matière de politiques de l’emploi. Concrètement, les agences seront rémunérées entre 300 et 3 000 euros selon la difficulté des cas de réinsertion, selon qu’il s’agit d’un emploi à temps partiel ou à temps plein. Seule condition : que les personnes soient employées pour plus de six mois.

En désaccord depuis des années avec la réforme du travail de 2010 renforcée par celle de 2012, les syndicats s’élèvent contre ce qu’ils appellent “une privatisation d’un service public”. Certes, l’accord-cadre prévoit que les entreprises agréées prennent en charge des personnes éloignées du marché de l’emploi comme les chômeurs de longue durée, les personnes de plus de 50 ans et les handicapés.

Mais les principaux syndicats espagnols, la CCOO et l’UGT, s’inquiètent du fait que ces agences privées se chargent des cas les plus aisés et reportent les dossiers les plus délicats sur le service public. Ils soulignent que “les chômeurs de longue durée seront traités par le service public, dont les dotations sont en baisse croissante depuis des années”. Les syndicats préviennent enfin : “ces agences privées échapperont à tout contrôle de l’administration”. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore Boréale
commenter cet article

commentaires

Claudia Buyse 06/09/2016 02:56

je vous le garantir, j'ai reçu mon crédit auprès de ce Monsieur qui m'a été conseiller par une Amie de service.

J'étais à la recherche d'un organisme de crédit lorsque sur le net j'ai trouvé le prêt grâce ce Mr Carlos Duvrait. J'ai fait une simulation et j'ai reçu par chance un avis favorable. J'ai imprimé le dossier de crédit de suite afin de le renvoyer le plus rapidement possible, j'ai été rapidement contacté par email pour m'informer que j'avais omis de fournir une pièce justificative, que j'ai renvoyé le jour même par mail. J'ai ensuite été contacté par e-mail par une chargée de clientèle (très professionnelle et aimable) pour répondre à quelques questions. Mon dossier est passé en commission, 48 heures plus tard j'avais la réponse et il a fallut 48 heures de plus pour le versement. Carlos Duvrait, c'est mieux qu'une banque à tout points de vue. Je suis ravi ! Surtout n'hésitez pas ! Je vous conseil ce mr "Carlos Duvrait" Contactez-le par E-mail : Carlosduvrait@yahoo.fr

Bonne chance à vous.
PS : C'est pas de la l'arnaque , ni une plaisanterie c'est du sérieux .
Donc, Merci de faire passer le message.

ArMenBreizh 23/10/2014 12:51

devant toutes les dérives du système néo libéral, à l'encontre des actions des institutions comme celles devant permettre le retour à l'emploi des salariés qui en sont privé, et des droits sociaux
acquis sur les financiers et les actionnaires dès 1946, nous ne pouvons que constater que nous retournons à des situations qui rappellent étrangement la fin du XIXème siècle, et 1936.

Nous redevenons des "choses", des "outils" de production, ou de services. Les services du personnel ont été remplacés d'ailleurs par des services rh, "ressources humaines" ... nous sommes comme des
morceaux de charbon quoi ? Mais avec un numéro vers des psy si on "s'enflamme" ... entendez burn out.

A PE, nous sommes les variables d'ajustement d'un planning au lieu d'avoir un planning pour nous faciliter les choses. Nous avons des dirigeants qui se distribuent des bonus comme récemment leur
super retraite supplémentaire, mais qui nous octroient en montrant les dents ... des miettes. Sans compter l'injustice permanente depuis 2009 qui voit des salariés de statut public (vous savez ceux
que l'on appelle des nantis !!!?) rémunérés en moyenne 20% de MOINS que leurs collègues de statut privé !?

Les mouvements citoyens qui ont émergés,comme "les indignés", et "occupy", par exemple montrent qu'ils nous appartient de se réapproprier ce qui nous est pillé régulièrement : salaires, retraites,
qui sont elles gérées en dépit de toute sécurité par des organismes privés choisis sur marchés publics par le FRR (fonds de réserve pour les retraites), sécurité sociale, prochainement les allocs
familliales, les biens publics comme les énergies (là aussi sous couvert d'avoir fait passé les agents edf et gdf pour des fainéants ... ce qu'ils sont loin d'être, mais qui fait partie maintenant
de notre patrimoine de préjugés), les transports, etc.

Toutes ces institutions publiques qui visaient à protéger et préserver le "bien public", la "res publica", et à cause de nos élus qui sous couvert de monter les salariés privés contre les salariés
du public, ont permis son démentelement.

Rien pourtant n'est inéluctable !



pour ceux(lles) qui pourraient être intéressés(es)lien vers France.attac.org, un des remparts émergent pour préserver une vraie démocratie : https://france.attac.org/

et je recommande toujours le blog d'ad sapientia sur la situation des seniors sur le marché du travail. Ils trinquent comme beaucoup d'entre nous ... mais dans des proportions qui deviennent
vraiment effrayantes : http://adsapientia44.blogspot.fr/

Heïdi 22/10/2014 22:13

On y arrive aussi. Leur service public est le bouc émissaire de la crise. Comme il n'y a pas assez de travail pour tous on verra des cadres devenir livreurs de journaux ou employés polyvalents à
McDo pour que les opp fassent leur beurre sur le dos du contribuable et des chômeurs. L'europe n'aime pas les services public qui sont ce qu'ils sont mais nous garantissent une égalité de droit.

lolita 20/10/2014 16:42

ils bossent !!!!!!!!!!!! lol

Lorelei 20/10/2014 11:48

3000 conseillers ? mais comment peuvent ils réaliser correctement leur travail avec un taux de chômage pareil ?

Aurore-Boreale@orange.fr

  • : pull.over-blog.fr
  • pull.over-blog.fr
  • : Je suis une jeune salariée de Pôle emploi. aurore-boreale@orange.fr
  • Contact

Doc en ligne

 

convention tripartite

La convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle emploi

 

Cour-des-comptes.jpg

Rapport sur la sous-traitance    

 

 

 

 

Iborra.jpg

Le rapport Iborra sur le SPE (texte intégral)

 

PE-copie-2

 LE BUDGET 2013 DE POLE EMPLOI

 

 

 

 

 

  UNEDIC.jpg

Utile et pratique 

 

CHARPY.jpg

 

    texte intégral (gratuit)

 

 

Ce livre est dédié aux agents de Pôle emploi et à ceux qu’ils accompagnent chaque jour.

  (Christian Charpy)

 

 

CCN.jpg

La Convention Collective Nationale

 

 

INA.jpg

Histoire de l'Assurance Chômage (VIDEO INA)


Recherche