17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 19:39

 

France 24  17 mars 2014

Marc Blondel, ex-secrétaire général de Force ouvrière, est mort

© AFP | Marc Blondel, lors d'une conférence de presse, en octobre 2000 à Paris.

 

 

Marc Blondel, ancien secrétaire général de Force ouvrière (FO), est mort dimanche soir, à l'âge de 75 ans. Élu en 1989 à la tête du syndicat, cet orateur hors pair, connu également pour son côté provocateur, a cédé sa place en 2004.

L'homme était reconnaissable à ses bretelles, son écharpe rouge et son cigare. Marc Blondel, secrétaire général du syndicat Force ouvrière (FO) entre 1989 et 2004, est mort dimanche 16 mars à l'âge de 75 ans. Durant 15 ans, celui qui, au siège de FO, avenue du Maine à Paris, se faisait appeler "le Général", a marqué d'une forte empreinte le premier syndicat de la fonction publique en France par sa forte personnalité et son verbe volontiers provoquant.

Né en mai 1938 à Courbevoie, en banlieue parisienne, Marc Blondel a passé son enfance à Hénin-Liétard, dans le Pas-de-Calais. Fils de militaire et petit-fils de mineur, il se revendique comme enfant des corons et le rappelle à l’envi. Mais l’homme est un pur produit du syndicalisme. Il adhère au syndicat en 1958 et en devient permanent deux ans plus tard, à l’âge de 22 ans. À 31 ans, il endosse le costume du syndicaliste professionnel pour ne plus jamais le quitter. Sans avoir travaillé, ou presque : il n’a passé que quelques années dans les bureaux des Assedic (ancienne branche de Pôle emploi).

Mais l’homme, socialiste et franc-maçon, s’est toujours défendu d’être un homme d’appareil. En 2003, interrogé sur ce sujet par des journalistes de France 2, il répond, avec son habituel air bourru : "Ça ne signifie rien. Ça veut dire quoi ? L’homme de bureau qui essaye de soumettre ? Mais moi, je n’ai aucune notion du pouvoir".

     

L’art du paradoxe

     

Pourtant, Marc Blondel a inexorablement gravi les échelons de son syndicat. En 1974, il accède au poste de secrétaire général de la fédération des employés et cadres avant de faire, six ans plus tard, son entrée au bureau confédéral. En 1989, à l'issue d'un congrès houleux marqué par une lutte fratricide avec Claude Pitous, il accède d'une courte majorité (53,6 % des voix) à la tête de FO. Une consécration. Il est réélu à une majorité écrasante (98 %) en 1992, puis en 1996 avec 85 % des voix, avant d'être ovationné lors de sa réélection pour un dernier mandat en 2000.

Pendant les 15 ans qu’il passe à la tête de FO, il exerce un pouvoir fortement personnalisé, manie la provocation, dérange, et cultive l’art du paradoxe. Celui qui, par exemple, fustige le train de vie des grands patrons régale Paris de repas pantagruéliques, renommés à travers la capitale. Et lui qui s’était battu pour le paiement des heures d’astreintes des chauffeurs routiers refuse de payer celles de ses chauffeurs personnels. La famille de l’un d’eux, Olivier Testeau, décédé en 1999, a obtenu 500 000 francs (80 000 euros) après la condamnation de FO en appel en 2000.

Malgré tout, son langage fleuri et ses manières controversées séduisent. Dès son arrivée aux commandes de Force ouvrière, il entraîne le syndicat dans une démarche plus résistante et sait faire entendre sa voix. "La Sécu vaut bien une grève !" hurle-t-il ainsi lors du mouvement d’ampleur de 1995 pour défendre le régime de retraite des fonctionnaires. Le tonitruant Marc Blondel aboie, s’oppose, ne jette jamais l’éponge. Passionné de corrida, il se révèle matador dans l’arène politique. Au point de se faire surnommer "Monsieur non, non, non" par la presse. Il s'oppose ainsi, en 2000, à la réforme de l’assurance chômage de Martine Aubry, alors Premier ministre. En 2003, il combat avec vigueur la réforme des retraites…

     

"Vieux pépère"

     

En 2004, alors qu’il est en passe de perdre sa bataille sur les retraites et la sécurité sociale, il passe la main à Jean-Claude Mailly, son ancien chef de cabinet, considéré comme son héritier. "La société change, confie-t-il au Parisien avant son départ. Mon discours n’est plus celui des jeunes. Moi, j’ai connu avant 1975 une société dans laquelle les garanties sociales étaient meilleures. […] Si je restais, je finirais par avoir un discours de vieux pépère qui parle du temps jadis". Il a alors 65 ans.

La retraite, pour Marc Blondel, n’est pas synonyme de sérénité. La justice s'intéresse de près aux affaires de cette personnalité hors du commun. En 2011, il est condamné dans le dossier des emplois fictifs de la Ville de Paris, remontant aux années 1990. Accusé d'avoir bénéficié d'un garde du corps, il avait été reconnu coupable de recel d'abus de confiance et de recel de détournement de biens publics. Il a été dispensé de peine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore Boréale
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 23/03/2014 11:30

Je suis en accord complet avec le commentaire N°7 de JP.
Je n'ai qu'une question simple à lui poser : "Comment se fait-il que, à la CGT tout comme au PCF, ils soient "de moins en moins nombreux" à avoir "de plus en plus raison"?
"Un fait est un fait et les faits sont têtus!" (Lénine)
Conseils de lecture : "Que faire?" du même Lénine ...

Fripouille 21/03/2014 06:56

merci nguyen,je suis touche par ton compliment

Jean-Pierre NGUYEN 21/03/2014 00:35

Bonsoir JP,

Entre une ordure d'opportuniste et une personne qui a des convictions, mon choix est vite fait.

Bonne chance JP,

Jean-Pierre NGUYEN

Fripouille 20/03/2014 18:26

tu n'es qu'un fanatique qui fait de vulgaire copies/colles de la demogagie propre a ton syndicat
rien de plus

JP 18/03/2014 22:19

Manifestation aujourd'hui 18 mars 2014 à Paris, pour la défense de la protection sociale (dont fait partie le pole emploi)...défilé visible de Montparnasse aux invalides...relayé, une fois n'est
pas coutume, par certains médias nationaux.

Peu de "pole emploi" (pourtant les sécu, etc.,venaient pour beaucoup de province)...à rapprocher des 3% de grévistes lors de la contre réforme Sarkosy concernant les retraites...poursuivie par
Hollande du PS...

Contradictoire ce peu d'engouement à l'action car le Pole emploi n'est pas un électron libre au sein de la société...le faux alibi d'OS inconsistantes ne tient pas (ou plus), la CGT des organismes
sociaux, l'UGFF, FO, FSU et SUD, appelaient depuis longtemps à cette action...

Seule la CFDT, signataire de l'ANI foncièrement destructrif d'une sécurité sociale solidaire, comme d'habitude, n'appelait pas à ce mouvement qu'elle considère comme étant inutile (sic...mais
faut-il s'en étonner...)le clientélisme toujours le clientélisme...

Force est de constater que la CGT formait le gros, très gros des troupes. On peut d'ailleurs se demander s'il serait possible d'organiser un tel mouvement social pédestre en son absence (hors CGT,
une centaine de personnes...avec la CGT des milliers).

Marc Blondel était un militant ouvrier. FO était son choix.
Force ouvrière fut partie intégrante de la CGT. L'anti communisme a marqué de son empreinte la scission qui eu lieu en 1947.

La CGT est alors devenue la centrale majoritaire (4 à 5 millions d'adhérents). Force énorme crainte par le patronat de l'époque (CNPF) et les gouvernements de droite à son service...à la clé des
acquis...aujourd'hui sévèrement mis en cause...

Contrer cette force était devenu urgent pour les pouvoirs capitalistes. Diviser les forces ouvrières en présence par la création de FO fut la solution. FO fut donc financé, entre autres, par des
fonds américains en lien direct avec la CIA...

On retrouve encore aujourd'hui cet antagonisme,loin d’être fondé,dans certaines sphères de FO (plutôt conservatrices) vis à vis de la CGT...mais les contradictions profondes du système vis à vis
des salariés, des retraités, des chômeurs, n'offrent que peu d'alternatives...lutter ou soumettre des millions d'individus à la voracité exponentielle du capital...

Y compris la vocation contractuelle (chère à FO) a trouvé ses limites (à l'occasion confortant les positions de la CGT originelle dans la nécessité d'une lutte sans concessions contre le
patronat...lutte des classes s'entend...).

André Bergeron, ex secrétaire général de FO, maniait avec habileté, malice, voire vice, "l'art" du compromis...pas très éloigné de la compromission d'ailleurs...il fut plutôt l'aile "conservatrice"
de FO...

Marc Blondel, n'est plus. En tant qu'homme, et en tant que militant ouvrier selon son choix, il a fait ce qu'il pensait être à faire. C'était sa vie.

A chacun ses choix en toute connaissance de cause...

Aurore-Boreale@orange.fr

  • : pull.over-blog.fr
  • pull.over-blog.fr
  • : Je suis une jeune salariée de Pôle emploi. aurore-boreale@orange.fr
  • Contact

Doc en ligne

 

convention tripartite

La convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle emploi

 

Cour-des-comptes.jpg

Rapport sur la sous-traitance    

 

 

 

 

Iborra.jpg

Le rapport Iborra sur le SPE (texte intégral)

 

PE-copie-2

 LE BUDGET 2013 DE POLE EMPLOI

 

 

 

 

 

  UNEDIC.jpg

Utile et pratique 

 

CHARPY.jpg

 

    texte intégral (gratuit)

 

 

Ce livre est dédié aux agents de Pôle emploi et à ceux qu’ils accompagnent chaque jour.

  (Christian Charpy)

 

 

CCN.jpg

La Convention Collective Nationale

 

 

INA.jpg

Histoire de l'Assurance Chômage (VIDEO INA)


Recherche