5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 21:15

 

A-Bressuire-Pole-emploi-s-installe-dans-le-provisoire_image.jpg

 Photo: Dans les ex-locaux de Grimaud

 

La Nouvelle République  5 févier 2014

A Bressuire, Pôle emploi s'installe dans le provisoire

 

  Après plusieurs fermetures pour raisons sanitaires, Pôle emploi Bressuire s’est installée dans les ex-locaux Grimaud. Une solution qui pourrait durer. 

 

On ne juge pas un livre à sa couverture. Pas plus qu'on ne juge les locaux provisoires de Pôle emploi, dans l'ancien siège des transports Grimaud à Saint-Porchaire, à leur façade. Passée la porte d'entrée, les locaux retenus pour héberger les 29 agents de l'agence bressuiraise sont une belle surprise.

« C'est pas mal », approuvent ces agents entre deux portes après le départ des derniers demandeurs d'emploi. Même en comparaison de leur siège officiel, à la Maison de l'emploi. Surtout, ils sont de nouveaux réunis et opérationnels pour accueillir les demandeurs d'emploi du Bocage. Dans une ambiance plus sereine après les malaises constatés, probablement suite à un traitement anti-puces de leurs locaux à la Maison de l'emploi.

 

Jusqu'à quand ?

 

« Les trois quarts des agents étaient répartis sur les bureaux de Thouars et Parthenay pendant la fermeture, raconte Nicole Fuzeau, directrice de l'agence bressuiraise. Nous avons fait beaucoup de démarches par téléphone. Nous avions systématiquement un entretien téléphonique avec les nouveaux inscrits après l'accueil. Mais le service a forcément pris un peu de retard même si nous avons limité l'impact au maximum ».
Depuis la dernière fermeture des locaux de la Maison de l'emploi, l'agence est en effet un peu trop itinérante pour être efficace à 100 %. D'abord hébergée par le Pays du Bocage bressuirais au premier étage de la Maison de l'emploi, il lui fallait débarrasser les lieux au 1er janvier pour laisser place à la Communauté d'agglomération naissante.
Après quelques travaux d'aménagement, les agents ont retrouvé leurs collègues il y a une dizaine de jours et l'agence a, depuis hier, l'autorisation d'accueillir le public. Il reste cependant quelques réglages. Car l'accueil se fait au 2e étage pour des raisons de configuration des lieux et les visiteurs ont parfois tendance à se perdre au 1er niveau, où est logé le back-office (étude des demandes d'allocations et traitement des offres d'emploi).
Quant à savoir combien de temps cette situation peut durer, Nicole Fuzeau se garde bien de tout pronostic. « Les premières analyses n'ont pas permis de déterminer la cause du problème dans nos locaux de la Maison de l'emploi et de nouvelles expertises sont en cours. Mais tant qu'on n'a pas établi de diagnostic, on ne peut pas donner de traitement. » Les agents, eux, se sont déjà assuré que la climatisation avait été vérifiée…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore Boréale
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 06/02/2014 12:13

c'est EVIDEMMENT ça! Mais ils ne peuvent pas le dire ...

cambacérès 06/02/2014 10:51

C est peut etre pas les murs...

ET SI C ETAIT LE BOULOT & L ATMOSPHERE DE TRAVAIL ?

Jacques Heurtault 06/02/2014 10:14

J'ai simplement voulu apporter mon témoignage personnel sur des évènements PERSONNELLEMENT VECUS!

Il y avait, parait-il, des puces dans les anciens locaux de l'agence de Nogent sur Marne ... Un week-end, il a donc été procédé à un traitement prophylactique approprié (pulvérisation d'un produit
PARTOUT). Bien entendu, il eut fallu, au préalable, débarrasser tous les meubles, toutes les surfaces de tous les documents ... Chose qui - est-ce étonnant? - n'a pas été faite ... Il s'en est donc
suivi que le lundi matin suivant, nous avions du produit plus ou moins collant sur toutes les surfaces! Bizarrement, les "puces" étaient toujours là ... L'agence a été fermée pour essuyer tout
...


Ces précisions étant apportées, que l'on ne vienne pas me dire que je prends la défense du management de Pôle Emploi! La plupart de ces managers sont arrivés à ce poste avec une quasi-unique
motivation : NE PLUS AVOIR A RECEVOIR CHAQUE JOUR DES DEMANDEURS D'EMPLOI! Le critère d'ancienneté fut, longtemps un critère très dominant.

Quand la Direction a changé son fusil d'épaule, elle a alors choisi des gens "dociles", acceptant de trafiquer à outrance les statistiques afin de produire de "bons chiffres". Elle n'a pas hésité à
débarquer de bons directeurs d'agence qui ne voulaient pas se livrer à ce sale petit jeu infect.

La Direction a même recruté des gens "tout neufs" car elle pensait, alors, que le problème venait d'une sorte gangrène idéologique qui se "reproduisait" par perfusion et diffusion liées à
l'ancienneté.
Il s'en est suivi un recrutement massif de jeunes petits cons n'ayant jamais mis les pieds dans une entreprise qui ne connaissait évidemment rien au métier, ce dont on ne pouvait pas les
blâmer.

La solution était pourtant simple :
1. Stopper net tout recrutement par concours et ne recruter que par négociation de gré à gré dans le cadre du droit privé.
2. Placer chaque nouveau recruté (futur directeur d'agence) dans un "process" d'apprentissage opérationnel du métier
- deux mois à l'accueil, matin ET après midi, sans discontinuer. Excellent pour tester la vraie motivation!
- puis trois mois en entretiens avec des demandeurs d'emploi "faciles"
- puis 6 mois en entretien, matin et après midi, avec des demandeurs d'emploi de plus en plus difficiles.
- puis 6 mois en animation d'équipe pour tester ses capacités à manager des gens.
- puis un an comme directeur adjoint ...

Chacune de ces étapes devant se dérouler, évidemment, dans autant d'agences différentes ... afin de jauger les écarts et l'adaptabilité des futurs Directeurs d'agence ...

Avec un "régime" comme ça, crois-moi, Marie, les branquignoles dégagent vite fait! Pour une très simple raison: ils ne tiennent pas le coup!

Marie 06/02/2014 03:44

"stratagème de lutte sociale"...il sait tout et connait tout ce JH...peut on laisser penser cela?

Décidément JH ...!!!

comme s'il était plaisant de changer ses habitudes de vie,de travail, de logistique, ses habitudes familiales etc, au quotidien, que de fatigue en plus!
Je ne crois pas que nos collègues se rajoutent des contingences supplémentaires sans bonnes raisons...faut pas croire que travailler dans des agences sœurs soit de tout repos. Ce n'est pas de la
thalasso que diable!

Dans une situation de travail déjà pathogène psychologiquement peut on admettre d'être soumis à des émanations sulfureuses (comme vos propos JH)?

Jacques Heurtault 06/02/2014 00:22

Le malaise de Bressuires est avant tout un stratagème de lutte sociale qui ne veut car il ne peut dire son nom! J'ai été le témoin direct d'une opération du même genre à Nogent sur Marne ...

Aurore-Boreale@orange.fr

  • : pull.over-blog.fr
  • pull.over-blog.fr
  • : Je suis une jeune salariée de Pôle emploi. aurore-boreale@orange.fr
  • Contact

Doc en ligne

 

convention tripartite

La convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle emploi

 

Cour-des-comptes.jpg

Rapport sur la sous-traitance    

 

 

 

 

Iborra.jpg

Le rapport Iborra sur le SPE (texte intégral)

 

PE-copie-2

 LE BUDGET 2013 DE POLE EMPLOI

 

 

 

 

 

  UNEDIC.jpg

Utile et pratique 

 

CHARPY.jpg

 

    texte intégral (gratuit)

 

 

Ce livre est dédié aux agents de Pôle emploi et à ceux qu’ils accompagnent chaque jour.

  (Christian Charpy)

 

 

CCN.jpg

La Convention Collective Nationale

 

 

INA.jpg

Histoire de l'Assurance Chômage (VIDEO INA)


Recherche