25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 19:21

Les Echos 25 février 2015

Twitter a lancé hier sa première journée européenne pour l'emploi. Plus d’une cinquantaine d’entreprises françaises y ont participé.

Twitter, ou l'évolution perpétuelle
#VotreJob, #YourJob, #DeinJob,#JouwBaan : en français, en anglais, en allemand ou en néerlandais, les entreprises ont investi Twitter, mardi, à l’occasion de la première journée européenne pour l’emploi lancée par le réseau social au petit oiseau bleu. Une cinquantaine de groupes en France, et une centaine d’autres en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, ont fait part de leur intention de participer, mais « un nombre beaucoup plus important d’entreprises ont en réalité utilisé le hashtag », souligne Christopher Abboud, directeur de la communication de Twitter.
Parmi les entreprises, Carrefour, GDF Suez ou Allianz, mais aussi de nombreux ministères, comme l’Education nationale ou l’Armée de terre, qui proposait par exemple 50 postes de maîtres-chiens mardi matin. Si les employeurs ont diffusé des offres, la plupart ont surtout renvoyé les utilisateurs vers leurs propres plates-formes de recrutement et organisé des sessions de questions-réponses pour faciliter les recherches des demandeurs.
Une utilisation plus professionnelle
« Comme toujours chez Twitter, ce sont les utilisateurs qui ont créé cet usage : nous venons seulement après pour profiter de l’opportunité », explique Christopher Abboud. Tout est parti des Pays-Bas, où les équipes de Twitter ont constaté que le mot-clef qui avait le plus progressé sur le réseau social en 2014 était « vacature » (« emploi »). Les équipes françaises ont alors lancé une étude auprès de 3.400 « twittos » français et découvert que 45 % d’entre eux utilisaient Twitter à titre professionnel. Parmi eux, 88 % consultent le site de micro-blogging pour faire de la veille, notamment pour se tenir au courant de l’actualité d’un secteur en vue de préparer un entretien d’embauche.
Du côté des entreprises, le réseau social a dénombré en France plus de 550.000 mentions de mots-clefs et hashtags relatifs à l’emploi l’an dernier. « L’objectif premier n’est pas de recruter mais de démultiplier les canaux de communication afin que les informations arrivent aux candidats le plus rapidement possible », admet Laure Rocalve, responsable de la marque employeur digital chez BNP Paribas, présent sur Twitter depuis 2011, mais aussi sur Youtube, Pinterest, ou encore Facebook.
Le réseau de Mark Zuckerberg peine à sortir de son image centrée sur la vie privée – l’initiative Social Jobs Parnership lancée aux Etats-Unis en 2012 en partenariat avec le ministère du Travail n’a pas été un grand succès – alors que Twitter s’impose de plus en plus comme un canal essentiel, à côté du Bon Coin pour les offres moins qualifiées.
« Un pont vers d’autres sites »
Mais le réseau social assure ne pas chercher à remplacer Pôle emploi, Linked­In ou Monster : « Nous sommes un pont vers d’autres sites, pas une île », assure Christopher Abboud. Laure Rocalve confirme : le site permet surtout « de dialoguer de manière informelle avec les candidats, qui nous envoient leurs profils LinkedIn ». Pôle emploi, qui cherche à opérer sa mue numérique, a participé à l’opération en diffusant hier des conseils sur le réseau social. Monster a, lui, créé les « Twitter Cards », un service clef en main à destination des entreprises pour mieux communiquer leurs offres d’emploi sur Twitter.
A travers cette opération, Twitter espère surtout recruter de nouveaux utilisateurs, qui ne voyaient pas jusqu’ici l’utilité de s’inscrire. Elle devrait aussi permettre de générer des revenus supplémentaires. BNP Paribas a ainsi souscrit à une « tendance sponsorisée », une formule payante qui permet à un contenu de remonter en premier lors que le hashtag #VotreJob est recherché.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore Boréale
commenter cet article

commentaires

antoine lepair 16/09/2016 11:44

je m'appelle Antoine Lepair , je confirme également d'avoir obtenir un prêt de 25.000€ chez madame Mariane ROUXANE.Je vous envoie ce témoignage suite à un service que m’a rendu une dame lorsque j'étais à la recherche d’un prêt d’argent.Grâce à Madame Mariane ROUXANE j'ai retrouvé les sourires aux lèvres. C’est grâce à lui que j'ai reçu un prêt de 15.000€ et plusieurs de mes collègues ont également reçu des prêts de cet homme sans aucunes difficultés. Je vous conseille de ne plus vous trompez de personne si vous voulez effectivement faire une demande de prêt d’argent pour votre projet et tout autre. Je publie ce message parce que Madame Mariane ROUXANE m’a fait du bien avec ce prêt. C'est par le bien d'un ami que j'ai rencontré cette dame honnête et généreuse qui m’a permis d’obtenir ce prêt. Alors je vous conseille de la contacter et elle vous satisfera si vous êtes dans de graves problème pour tous les services que vous le demanderez. Voici son adresse électronique: marianerouxane@gmail.com

JP 26/02/2015 16:37

L'offensive des grands groupes du numérique sur le terrain de l'emploi augure bien le type de société qui fait son nid au travers d'un monde technologique au service avant tout "des sphères financières de haut vol"...en un mot du "capitalisme globalisé".

Grossière erreur de croire que l'emploi soit leur préoccupation majeure. Le profit voyons, et rien que le profit maximum que ces groupes ou start-up pourraient tirer de l'armée de réserve créée par leurs semblables politiques.

la conjonction (voulue) du numérique et de l'économie nous rapproche du "meilleur des mondes", celui qui aboutit à "l'auto domestication" des individus par ces biais. Il est proche le temps où l'uniformité générée par l'usage qui est fait du "numérique/économique" globalisera "politiquement"une grande partie de l'humanité, à commencer par l'occident dont les populations sont broyées 24 H sur 24 par l'information dirigée.

Le numérique n'a de réel contenu de progrès que dès lors qu'il permet aux gens de "vivre mieux" (et non pas vivre plus rapidement).

Entre les paluches des grands groupes (alors que les fondamentaux informatiques étaient initialement publics), je ne donne pas cher, à défaut de prises de conscience (et il y en a mais souvent étouffées par les utilitaristes financiers de la "modernité" soutenus par les crétins soucieux d’être "modernes") du contenu de la société qui reviendra, d'une certaine manière, au bon vieux temps des maîtres des forges du début du 20 ème siècle, tout imprégnée qu'elle sera de nouvelles aliénations: "l'uniformité, la domestication aboutie, et la servitude volontaire"...mais n'est ce pas déjà le cas?...

Inverser l'usage totalement profitable qui est fait du progrès technologique est urgent. Le détourner du seul vecteur du profit pour le mettre au service du progrès réel (santé, réduction du temps de travail, réduction du productivisme, réappropriation du temps libre, réappropriation de la relation humaine directe, réappropriation de la culture, des loisirs...etc, etc).

le numérique est tout au service de l'économisme...ne pas s'étonner d'entendre causer de "vacature" afin de faire rentrer dans les tronches de celles et ceux qui penseraient encore que le "monde du travail" (ce qu'il en reste) est aujourd'hui fait pour elles ou eux...non non attendez vous à "vacaturer" un jour ou l'autre, voire toujours pour beaucoup, vous ou votre progéniture...vive la grande modernité du numérique financier...

Quant au pole emploi, jouer ce jeu malsain de la concurrence stupide qui appelle toujours plus de concurrence, puis la disparition de cette '"institution" qui finalement ne fait "que rassurer" tant les activités sont raréfiées par les politiques "capitalistes" française et européenne....un jour, le risque est de se voir transformés en officine (ringarde ou pas) à détruire complètement car non rentable..n'est ce pas déjà fait compte tenu du peu de crédibilité des actes d'un conseiller à l'emploi au sein d'un "marché du travail précaire"....mais restera l'absolue nécessité pour la classe dirigeante de maintenir le versant "protection sociale indemnisation" car ils savent bien que "hors cela" leur système est mort....

Plus qu'il n'y parait les options de Bassère et ses donneurs d'ordre sont mortifères pour ce qu'il reste de contenus publics égalitaires dans cette "boutique"...faut se réveiller...

JP 26/02/2015 16:37

L'offensive des grands groupes du numérique sur le terrain de l'emploi augure bien le type de société qui fait son nid au travers d'un monde technologique au service avant tout "des sphères financières de haut vol"...en un mot du "capitalisme globalisé".

Grossière erreur de croire que l'emploi soit leur préoccupation majeure. Le profit voyons, et rien que le profit maximum que ces groupes ou start-up pourraient tirer de l'armée de réserve créée par leurs semblables politiques.

la conjonction (voulue) du numérique et de l'économie nous rapproche du "meilleur des mondes", celui qui aboutit à "l'auto domestication" des individus par ces biais. Il est proche le temps où l'uniformité générée par l'usage qui est fait du "numérique/économique" globalisera "politiquement"une grande partie de l'humanité, à commencer par l'occident dont les populations sont broyées 24 H sur 24 par l'information dirigée.

Le numérique n'a de réel contenu de progrès que dès lors qu'il permet aux gens de "vivre mieux" (et non pas vivre plus rapidement).

Entre les paluches des grands groupes (alors que les fondamentaux informatiques étaient initialement publics), je ne donne pas cher, à défaut de prises de conscience (et il y en a mais souvent étouffées par les utilitaristes financiers de la "modernité" soutenus par les crétins soucieux d’être "modernes") du contenu de la société qui reviendra, d'une certaine manière, au bon vieux temps des maîtres des forges du début du 20 ème siècle, tout imprégnée qu'elle sera de nouvelles aliénations: "l'uniformité, la domestication aboutie, et la servitude volontaire"...mais n'est ce pas déjà le cas?...

Inverser l'usage totalement profitable qui est fait du progrès technologique est urgent. Le détourner du seul vecteur du profit pour le mettre au service du progrès réel (santé, réduction du temps de travail, réduction du productivisme, réappropriation du temps libre, réappropriation de la relation humaine directe, réappropriation de la culture, des loisirs...etc, etc).

le numérique est tout au service de l'économisme...ne pas s'étonner d'entendre causer de "vacature" afin de faire rentrer dans les tronches de celles et ceux qui penseraient encore que le "monde du travail" (ce qu'il en reste) est aujourd'hui fait pour elles ou eux...non non attendez vous à "vacaturer" un jour ou l'autre, voire toujours pour beaucoup, vous ou votre progéniture...vive la grande modernité du numérique financier...

Quant au pole emploi, jouer ce jeu malsain de la concurrence stupide qui appelle toujours plus de concurrence, puis la disparition de cette '"institution" qui finalement ne fait "que rassurer" tant les activités sont raréfiées par les politiques "capitalistes" française et européenne....un jour, le risque est de se voir transformés en officine (ringarde ou pas) à détruire complètement car non rentable..n'est ce pas déjà fait compte tenu du peu de crédibilité des actes d'un conseiller à l'emploi au sein d'un "marché du travail précaire"....mais restera l'absolue nécessité pour la classe dirigeante de maintenir le versant "protection sociale indemnisation" car ils savent bien que "hors cela" leur système est mort....

Plus qu'il n'y parait les options de Bassère et ses donneurs d'ordre sont mortifères pour ce qu'il reste de contenus publics égalitaires dans cette "boutique"...faut se réveiller...

Aurore-Boreale@orange.fr

  • : pull.over-blog.fr
  • pull.over-blog.fr
  • : Je suis une jeune salariée de Pôle emploi. aurore-boreale@orange.fr
  • Contact

Doc en ligne

 

convention tripartite

La convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle emploi

 

Cour-des-comptes.jpg

Rapport sur la sous-traitance    

 

 

 

 

Iborra.jpg

Le rapport Iborra sur le SPE (texte intégral)

 

PE-copie-2

 LE BUDGET 2013 DE POLE EMPLOI

 

 

 

 

 

  UNEDIC.jpg

Utile et pratique 

 

CHARPY.jpg

 

    texte intégral (gratuit)

 

 

Ce livre est dédié aux agents de Pôle emploi et à ceux qu’ils accompagnent chaque jour.

  (Christian Charpy)

 

 

CCN.jpg

La Convention Collective Nationale

 

 

INA.jpg

Histoire de l'Assurance Chômage (VIDEO INA)


Recherche